28/02/2016

hommage a gainsbourg

 

Lui, je l’ai applaudi pour la première fois au petit théâtre qui n’existe plus sis rue du Prince à l’étage et géré par la Migros, sous la direction du comédien metteur en scène et programmateur Georges Milhaud, la programmation était faite de petites pièces, de mini concerts et récitals.

C’était l’époque du «  Poinçonneur des Lilas », de «  La femme des uns sous le corps des autres » de «  L’Eau à la bouche ».

Serge Gainsbourg était Dandy, prince de Galles, cravaté … au milieu du récital, subitement sans raison apparente, il se mit à rire, était-ce de la gêne, de la dérision envers le public, envers lui même … puis il se reprit

 A l’entracte, il est venu au bar boire naturellement un whisky, il fut pris à partie par une spectatrice qui trouvait inconvenant son fou rire, sa femme d’alors, une impétueuse italienne se rua sur la contestataire invoquant le droit de l’artiste d’avoir de la distance vis à vis de lui même et de la dérision de ce métier, l’autre répliquant qu’un public qui a payé sa place doit être aussi respecté, le ton montant, elles en vinrent aux mains et roulèrent à terre sous l’œil ironique et clinique de Serge Gainsbourg continuant de siroter son breuvage. Ce sont des spectateurs qui les séparèrent.

Il reprit le spectacle en disant :

« Je ne puis vous donner la recette d’une bonne chanson …mais je peux vous assurer que le whisky de tout à l’heure était au top !  ».

Distanciation du moment … Relax Baby Cool !!!

 extrait d'un ouvrage sur nos chers disparus de Denis Gardon

Les commentaires sont fermés.