25/09/2017

CAFE PHILO LABORATOIRE D'IDEES CAFE PLATANE 91 BD DE LA CLUSE GENEVE

Le Mardi 12 Septembre, après des vacances bien méritées, la reprise du Café Philo Laboratoire d’Idées en son lieu de résidence habituelle Café Platane 91, Bd de la Cluse

Un début de saison d’Automne avec des échanges divers et passionnés

Il faut dire que le thème du Mois de Septembre :  «  La Crise »,que les animateurs Claude Claverie et Denis Gardon ont choisi avait de quoi réveiller les esprits.

Mais comme à chaque rencontre, une problématique se pose aux questions posées.

Pour ses retrouvailles, du Mardi 12 Septembre tout se déroula autour d’un article du Monde Diplomatique signé de Razmig Keucheyan, sociologue suisse, maître de Conférence à Uni Sorbonne Paris IV

«  L’anatomie d’une triple crise, économique, politique et écologique  »

La juxtaposition des trois couches ne pose-elle pas la   question, au lieu de rupture, de tension ou d’impasse, de l’interdépendance qui permettrait de soigner le mal, car une crise c’est en principe le moment de la maladie et ça se soigne. La perturbation, le changement subit n’est pas toujours décisif, c’est souvent la méthode et l’application qui doivent être mises en cause.

 

Devant la caducité des essais, où est la responsabilité ? Certes chez les dirigeants, mais chez nous aussi   - L’esprit critique pourtant sévit, depuis longtemps mais nous sommes dépassés par la vitesse des événements qui nous font perdre pied et maîtrise

De la bonne formation et de la formation sont nécessaires, à cultiver.

Attention au populisme et aux illusions ; la virtualité ne suffit pas pour créer des liens solides. La dégradation des espoirs indique que les enjeux sont changés.

De nouveaux modèles sont à réinventer, les discussions sont allé bon train ce Mardi 12 septembre.

 

Une autre crise architecturale a été abordée Mardi 19 Septembre «  Faut-il sauver le Plaza »  pour donner au Cinéma un lieu culturel collectif digne de l’envergure qu’ont pris les festivals cinéma à Genève, une conscientisation des architectes et des autorités restent urgente.

 

Le Plaza c’est aussi – et cela peut l’être -   un magnifique espace social et culturel avec une large programmation en allant au delà du simple désir cinématographique passif mais en allant au devant de ce désir en le motivant par des expositions didactiques, des conférences prolongement du ou des films proposés, des concerts de musique de films, des lectures approches de scénarios, bref inventer un nouveau concept cinématographique, une salle d’approche cinématographique laboratoire … du cinéma qui donne envie de se déplacer, faire de la programmation imaginative avec divers tenants de la Culture Genevoise, un cinéma qui permet d’oublier la passivité

L’imagination doit être projetée sur l’écran des cogitations des actants et tenants de la vie culturelle genevoise.

Le Plaza qui est un fantôme enchaîné à son passé doit avoir l’impudeur de persister à vouloir exister, il faut l’aider à ne pas mourir, l’Avenir de son passé doit exister, sa valeur patrimoniale est évidente et il y a aussi l’évidence de ne point se résigner, il peut encore être sauvé.

Quelle est la philosophie de ce sauvetage, beaucoup de questions, mais une problématique

«  A quoi peut bien servir un lieu que certains ne veulent pas ?

  Mardi 26 septembre, c’est à dire ce soir, avec le thème programmé :

«  De l’image icône vénérée à l’image démultipliée volontairement contaminée, au papier financier exposé, où en est l’image, où en sont les musées ?  »

on abordera la crise de l’image, notre rapport qu’elle a instauré vis à vis de nous mêmes, des autres et du monde.

Nous sommes passés sans doute d’une relation iconique à une relation dialectique, ce qui n’est pas pour amoindrir l’image, mais lui donner un autre statut, un rôle plus roboratif.

La problématique promet le risque d’être riche en échanges.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.