02/06/2018

cafe PHILO LABORATOIRE D'IDEES GENEVE

Compte rendu de notre deux derniers café Philo de MAI.

 

Après avoir échangé, à notre Café Philo Laboratoire d’Idées, à partir de textes et de questions, autour de la Guerre et de la Paix , avoir compris la difficulté à trouver des solutions, notamment pour enrayer les représailles de pays floués voir martyrisés, on s’est demandé si les résolutions pouvaient venir des institutions ou des individus.

On s’est rendu compte que le contrôle social individuel ne suffisait pas à abolir les débordements conflictuels. Une guerre sournoise, invisible éprouvante, sévit et déstabilise les habitants.

Le 14 Mai, nous avons abordé : Le rôle de l’Etat sur l’individu dans son contrôle d’identité, de plus en plus sécuritaire, mais aussi autoritaire et ses abus infructueux. L’étude du Fichage biométrique a été abordée dans l’article du Monde Diplomatique par deux professeurs bordelais. La mise en place d’un méga-fichier de données fait problème entre liberté et sécurité la fiabilité reste très incertaine, malgré des données intensives. Le danger, l’usurpation d’identité subsiste, malgré aussi les états d’urgence sporadiques. Ces techniques de reconnaissance lisibles par une machine sont ambigües, parce que efficaces, parfois aussi dangereuses, selon que l’on se place du côté du dominant ou du résistant. Le profilage doit servir à la communauté et à l’individu entre clé-privée et clé-publique. Ce fichage a surtout servi de gestion nécessaire dans des lieux comme la prison, l’armée, mais aussi dans les administrations coloniales. Il s’agit, peut-être, donc de repenser son utilisation, car nous avons vu, à travers l’affaire Cambridge Analytica, comment on fait commerce de toutes les données des utilisateurs de facebook, données collectées et diffusées par des courtiers peu fiables, voir malhonnêtes, en vidant le concept de confidentialité de sa substance, d’autant que ces données peuvent être erronées et avoir des conséquentes dommageables socialement pour certains individus jusqu’à ruiner leur vie privée.

 

Si le fichage médical peut être utile au niveau de la traçabilité, la  fiche S, la fiche étranger, la fiche dans les entreprises ont pris des dimensions discutables et malheureusement inefficaces et dommageables.

 

Passer d’une oligarchie numérique à un contrôle de ces institutions investigatrices serait utile. Elles devraient être soumises à une surveillance poussée de manière à pouvoir garantir les droits humains.

 

Si l’on veut que l’humanité progresse vers un mieux, c’est ce que Spinoza propose dans son œuvre majeure l’Ethique. Auteur du 17ème siècle, rejeté par sa famille d’origine juive et sa société, il s’exila à Amsterdam puis à la Haye pour pouvoir éditer ses œuvres sans être emprisonné ou décapité. Il résista à la puissance religieuse d’un Dieu révélé et créateur, pourtant dans son « Ethique » il ne parle que de Dieu, mais c’est un Dieu qui n’a pas créé le « Monde » .

Il est parfait, il est le Cosmos, la Nature.

 

L’Homme n’est qu’un mode de cette perfection, donc imparfait. Le chemin de l’homme va donc d’essayer d’être au mieux, au plus juste face aux événements et surtout en fidélité à soi-même, « persévérer dans son être » en toute liberté, mais sans violence, en essayant de comprendre la nécessité sans s’y soumettre, en résistant, voir avec indignation.

 

Un révolutionnaire oui, mais pour qui , il ne s’agit pas de lutte des classes, d’aborder l’adversité de front, mais d’affirmer son chemin de traverse, marginal, donc avec effort de lucidité et exigence vis à vis de soi-même et des autres, en se méfiant de ses pulsions , tout en accordant au Désir moteur de l’homme, toute son attention pour connaître le fondement de ses affects, à respecter, sans les briser, tout en leur donnant une direction et une action ou l’individu se sent bien, au mieux de son être et contribuer à l’avancement d’une Utopie progressive.

 

Cela commence par le travail de l’individu sur lui-même de manière à pouvoir articuler cette puissance du désir au profit de la communauté. Ce n’est pas du stoïcisme , encore moins de l’ascétisme, tout doit se faire dans la joie, voir la béatitude ; si il y a de la spiritualité, même un certain mysticisme chez Spinoza, c’est de l’immanence à la manière panthéiste des hindous ou des chinois ; ce n’est pas un athéisme à la Lucrèce, c’est une conscience qui ne se situe pas dans l’impasse du matérialisme historique comme chez Marx ou un dualisme comme chez Descartes, non, pour Spinoza Corps et Esprit sont intimement liés et agissent de concert pour accroitre le fameux Conatus, pour nous

libérer des superstitions, des idéologies enfermantes, des engouements décevants.

Dans cette recherche « en chemin », il n’y a pas d’autre finitude que celle d’avancer sans but déterminé autre qu’essayer de faire au plus juste. C’est une célébration du désir, non pas pour s’y engloutir mais avec une passion joyeuse dans la découverte du travail. C’est une sagesse où l’Esprit et le Corps restent en éveil sans clivage ni jugement, sans voie impérative ou modèle. Spinoza a fait sauter les verrous sans ascension vers le ciel mais en approfondissant l’existence pour se mettre au diapason du cosmos.

 

Ce n’est pas une morale mais une interactivité politique sans consentement ni adhésion aveugle où la valeur n’appartient pas aux choses, où rien n’est écrit d’avance, où la suspension est souvent nécessaire pour réfléchir avant de choisir et d’agir.

Alors oui, Spinoza peut être utile aujourd’hui pour réduire les tensions en donnant du temps au temps nécessaire ; on pense à l’économiste Amartya Sen, prix Nobel d’Economie, à sa notion de capabilité et d’Equité pour un monde meilleur.

 

C’est ce dont nous avons débattu ce Lundi 28 Mai à la Maison des Associations, avant de nous retrouver encore une fois le 11 JUIN pour finir la saison avant les vacances d’Eté.

Et ce Lundi 25 JUIN au Livinglab Impasse 10 Mon Idée à Thônex , chez notre ami Réginald qui nous accueillera dans sa villa et son jardin pour assister à la lecture d’une saynète entre deux protagonistes réunis par les faits du « hasard », que tout oppose, mais qui finissent pas se comprendre et se réjouir de s’être rencontrés. Tout cela autour d’un buffet canadien.

Bon été et bonnes vacances

 

 

       LUNDI CELA VOUS DIT               JUIN     2018

079/ 824.37.65       079 / 691.48.64 -     gardondenis@gmail.com

http: // laboratoiredidees.blog.tdg.ch

Organisateurs : DENIS GARDON et CLAUDE CLAVERIE

 

                 CAFE PHILO LABORATOIRE D’IDEES

                     de 18 h 30 à 20 heures

POUR CONCLURE LA SAISON PRINTEMPS ETE 2018 , nous vous proposons deux lieux pour nous rencontrer : un thème autour d’un sujet issu du Monde Diplomatique et une récréation ludique intitulé

                       «  TABLE N0 23 »       Texte Aline Dedeyan

 

 

PREMIER LIEU :     MAISON DES ASSOCIATIONS

15, rue des Savoises   Salle du Monde Diplomatique

LUNDI 11 JUIN                            18 h 30

Analyse et débat autour d’un article du Monde Diplomatique de Mai

page 16 et 17 signé de Frank Pasquale professeur de droit à l’Université de Maryland :

               METTRE FIN AU TRAFIC

           DES DONNEES PERSONNELLES

Après l’affaire Facebook – Cambridge Analytica

 

DEUXIEME LIEU : AU LIVING LAB

VILLA REGINALD IMPASSE 10 Mon Idée   THONEX

LUNDI 25 JUIN                  18 H 30

Nous vous proposons à travers la lecture à deux voix d’un texte théâtral: TABLE 23 avec la collaboration de Boris ENGELSON et de l’auteur ALINE DEDEYAN une problématique :

UN HASARD  MALENCONTREUX PEUT - IL DEVENIR POSITIF ? 

Descriptif du texte :

Tribulations de deux personnages,  un brin  caricaturaux,  en grippe avec  le monde chaotique d'aujourd'hui  - se cherchant et cherchant l'autre désespérément ...

TRAM 12 arrêt Graveson correspondance/ BUS 31 rte de JUSSY jusqu'à arrêt Mon Idée. Prendre à pied ( 80 M. )   route de Mon Idée jusqu’à Impasse No 10 Accueil .     REPAS CANADIEN

 

Nous nous retrouverons à la Mi-Septembre

 

CLAUDE CLAVERIE ET DENIS GARDON Animateurs du Café Philo Laboratoire d’Idées.