CAFE PHILO LABORATOIRES D'IDEES LIEU DE BASE CAFE SLATKINE GENEVE 5 CHAUDRONNIERS

Imprimer Pin it!

BILAN DE NOTRE DERNIER CAFE PHILO LABORATOIRE D'IDEES

 

Les  gens aiment-ils  s'interroger sur le monde ?  Son fonctionnement et le mécanisme des foules qui s'emportent, qui se laissent emporter par les grands sentiments et ressentiments ?

COMMENT SONT-Ile EN " RÉSONANCE "  avec ce monde qui les opprime, les font souffrir sans qu'ils arrivent à en maîtriser le mouvement, sans être récupérés par des leaders qui les entrainent du partage à l'hégémonie, à la dictature ?

LA DICTATURE DU PROLÉTARIAT mot malheureux puisqu'il finit chaque fois par se retourner contre les initiants en les privant de liberté, du droit de s'exprimer alors que c'est ce qui a réuni au départ les participants de ce prolétariat.

C'est que la " résonance" du militantisme n'a pas fonctionné et est devenue une anti-résonance.

C'est  ce que nous explique Harmut Rosa dans son livre " résonance " dont nous avons déjà parlé en détail dans notre précédent blog : être attentif à l^'écho de l'autre, sa proposition, c'est l'expérience opératoire qui doit vous transformer en une trans-individualité.

Harmut Rosa envisage 3 Résonances :

Horizontale, c'est à dire à dimension politique pour une démocratie

En quoi la Résonance horizontale en politique au Nicaragua reste-t-elle encombrée ? sujet présenté par notre invité Sylvain de Pury qui se passionne depuis longtemps pour l'Amérique Latine et y à vécu

Verticale, qui vous transporte au delà de vous-même. une transcendance sans Dieu.

- Diagonale qui implique un matériau que vous façonnez et qui vous façonne.

Celle qui nous a occupés Mardi 25 Mars , c'est la première des trois résonances.

En quoi la Résonance horizontale en politique au Nicaragua reste-t-elle encombrée ?  sujet présenté par notre invité Sylvain de Pury qui se passionne depuis longtemps pour l'Amérique Latine et y a vécu.

Résonance ? veut dire recevoir et amplifier, c'est le raisonnement au pays de l'espoir pour comprendre avant tout, avant d'agir et se focaliser sur de faux espoirs qui d’aboutissement qui n'aboutissent  jamais ou alors à quel prix et qui restent très insatisfaisants, voir contradictoires et hostiles aux perspectives de départ

Il est vrai que les médias, les réseaux dits sociaux aujourd'hui jouent un rôle néfaste en mauvaise caisse de résonance sur l’engouement pour prendre les gens au piège des mots qui enferment l'individu dans un filet d'où il n'arrive plus à s'extirper au nom de l'information qui, en fait, devient une fake news.

Il s'agit de faire au mieux avec les moyens à disposition et le temps nécessaire nous dit Spinoza dans son Éthique, lui qui a écrit en réfléchissant pour comment agir dans la période très troublée et violente qu'il a vécue dans son pays, au point d'être obligé de s'exiler pour ne pas être tué comme nombreux de ses amis de l'époque.

Il s'agit de notre corps et de l'esprit en mouvement, en même temps, nous dit encore Spinoza, wet de se méfier des échos magiques et des projections imaginaires.

L'esprit critique, l’inquiétude doivent être consubstantiels à l'existence de tel état de " résonance>" qui n'est pas béate.

Entrer en fusion avec un mouvement peut devenir une aliénation.

H. Rosa propose de ne pas se limiter à des moments privilégiés, de faire aussi avec l'imprévu qui fait partie de la " résonance >" horizontale. Savoir la rencontre qui provoque l'expansion de l'écho avec une perception la plus ouverte possible.

Une expérience surjective ou objective ?

Comment échapper à la frénésie des sociétés contemporaines ?

Si les héritier de l’École de Francfort, d’où est issu H. Rosa, met en cause la société capitaliste et son existence, il s'agit maintenant de passer de la critique à la proposition,

On confond souvent existence intense et course rapide. Aujourd'hui la tyrannie de la vitesse fait apparaître la lenteur, la patience comme une malédiction, est-ce le bon rythme, c'est l'art de l'emploi du temps.La vitesse vire vite au vertige, c'est celle des héros, des acteurs de l'urgence qui veulent tout abattre mais ne font qu'aggraver les situations et les résultats se retournent contre les naïfs ou faibles floués. Se méfier du populisme pour envisager d’autres possibilités que la révolte seule: il y faut de l'imagination et le sens de la stratégie efficace.

Or, ce que nous ont montré toutes les révolutions, exceptés quelques révolutions de velours que les révolutionnaires ont été chaque fois, à travers des responsables assoiffés inconsciemment peut-être de pouvoir et lorsqu'ils ont les rênes, ils abusent et deviennent des tyrans dangereux et enfermant.

C'est bien ce qui s'est passé au Ncaragua : comment un sandiniste, dont le mouvement révolutionnaire prônait des revendications fondées, est-il devenu un meneur assoiffé de pouvoir et d'argent, très influencé par sa femme ?

Comment d'autres sandinistes peuvent-ils le soutenir en toute bonne foi ?

Attachés à lui par une idéologie dont ils ne sont pas rendus compte qu'elle virait à l'hégémonie personnelle de leur héros : Ortega, qui semble-t-il, a franchi la ligne rouge ( répressions, arrestations, violences ) Le temps et les circonstance ont essayé de passer par deux étapes déjà : une opposition, puis une concertation, mais pour cette dernière, pourquoi avoir choisi un religieux envoyé par le Vatican nonce apostolique, alors que l'on sait que souvent religieux a souvent fait très bon ménage avec la politique ?

La situation pour l'instant reste inextricable, car les sandinistes fidèles à l'origine du mouvement n'ont pas de leader fiable ou suffisamment charismatique et tenace pour entreprendre un changement, et être soutenus par l'ONU, impuissante une fois de plus, malgré les bienveillantes recommandations ? Que faire??  D'autan plus que depuis le 18 Avril 2018 la réalité est difficile à connaître . La problématique de la relation est posée.

Il importe de ne pas confondre conception et relation qui, elle ne se fonde pas sur les idées.Vous écoutez et vous parles, c’est cela " la Résonance " .

Nos affects doivent nous guider en même que la Raison, l'un sans l'autre échouent devant la complexité sociale.la Résonance expérience d'abord subjective ne devient objective que lorsqu'elle se donne les moyens d'être en mesure de répondre, d'agir au lieu de réagir Nietszche nous dit : Le ressentiment est très mauvais conseiller.

L'effort de vouloir exister ne doit pas devenir trop fort, la disponibilité face à autrui est primordiale,

 La relation n'est pas un concept, c'est un art de vivre ensemble avec l'altérité.

Montaigne, Lao-Tseu le savaient déjà.

Que n'a-t-on cultivé cette approbation !

Peter Singer nous dit " Quand vous militez, il ne suffit pas de mettre la pression sur votre adversaire, il faut lui proposer une issue qu'il puisse accepter" Se présenter de front n'a jamais réussi. La violence discrédite et fait reculer.

Référence s ; Relire le livre d'an autre allemand d'aujourd'hui : Peter Sloterdjick  " colère et Temps " Montaigne, Lao-Tseu, Nietzsche.                            Claude Claverie et Denis Gardon

 

Notre PROGRAMME D'AVRIL

MARDI 9 AVRIL à LA MAISON DES ASSOCIATIONS   5, RUE DES SAVOISES

LOCAL DU MONDE DIPLOMATIQUE   Analyse et débat autour de l'article signé Bernard Pudal

LE PEUPLE MÉPRISE PAR LES ÉLITES du  journal MD de mars page 3

 

MARDI 30 AVRIL AU CAFE SLATKINE   5 RUE DES CHAUDRONNIERS    RÉSONANCE IDENTITAIRE

DE LA TRANSMISSION A LA FILIATION PARENTALE EN LIEN AVEC LE COMBAT SOCIO-POLITIQUE D'UNE MÈRE : MARIE D'ANGOLA    

invitée . COLINETTE hALLER

 

 

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.