CAFE PHILO LABORATOIRES D'IDEES LIEU DE BASE CAFE SLATKINE GENEVE 5 CHAUDRONNIERS

Imprimer Pin it!

REFLETS DE NOTRE DERNIER CAFE PHILO LABORATOIRE D'IDEES DU MARDI 25 JUIN 2019  - ACCUEIL DE NOTRE INTERVENANT ULI WINDISCH SOCIOLOGUE ET ANIMATEUR DU SITE LES OBSERVATEURS.CH

Notre saison s'est terminée Mardi dernier par des échanges " brûlants " autour de Mr Uli Windisch et son livre * La Suisse brûle "

Nous vous avions promis de la vigueur, de la résistance, elles étaient au rendez-vous

Notre intervenant invité Mr Uli Windisch pense que la Suisse Romande brûle par faute de pluralisme médiatique, journalistique, beaucoup plus présent en Suisse Allemande et aussi se laissant accaparer par la gauche au détriment de son système démocratique participatif qui souvent, nous dit-il est bafoué.

Les initiatives  populaires sont  trop souvent rejetées par les corps constitutifs du gouvernement fédéral.

La " bienpensance de gauche " étouffe tout,  nous dit notre invité, pourtant lui-a-t-on rétorqué, l'histoire populaire par exemple du Jura a abouti finalement. le peuple suisse a décidé, cela a mis du temps, mais le temps est facteur quelquefois d'intelligence

D'autre part dans les journaux et émissions de radio et de tv à tout moment tous les partis sont convoqués à s'exprimer.

Notre invité assume, pense et en est persuadé que tous les journalistes de Suisse Romande sont de gauche et orientent les questions de manière à éclipser l'expression de la parole de droite et qu'il en est de même dans le monde où malgré le succès des initiatives populaires, on utilise des fake news pour la dénigrer  ainsi que leurs dirigeants qui les portent au pouvoir.

Les initiatives populaires doivent être prises en considérations et non renvoyées aux calendes, sinon la Suisse Romande va brûler et sera réduite en cendres nous dit-il, l'assistance a vivement réagi sur ses propos considérant que le pluralisme existe bel et bien en Suisse romande et que l'existence des partis est honorablement respecté  contrairement à d'autres pays.

Nous nous sommes quittés sans être convaincus qu'il y a  à ce point  danger, que les partis de gauche ne sont pas plus voyous que ceux de droite et que l'on a de la chance de vivre dans une Suisse Démocratique face aux hégémonies inquiétantes qui naissent un peu partout.

Il faut savoir résister sans dommage en s'informant de manière plurielle pour ne pas tomber dans la pensée unique qu'elle soit de droite ou de gauche.

Le Système Suisse très original nous le permet.

Nous nous retrouverons en septembre pour aborder de nouvelles problématiques autour des sciences face à la philosophie, autour du théâtre et autour de la Télévision Suisse et de demain.

Bon Été

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Ce qui est de gauche dans les médias, c'est le côté curé.
    A la base la gauche révolutionnaire, a voulu "tuer" la religion pour être le seul à dicter ce qui est bien ou mal pour le peuple ignare, plus précisément de faire des gens, des citoyens parfaits.

    Ce côté curé qui possède le savoir et doit montrer la voie au peuple, reste ancré fortement dans la gauche.
    Ainsi, il en va d'une taxe sur les boissons sucrés, sur le jour sans viande dans les cantines, pour ce qui est de plus récent, avec des arguments plus ou moins absurdes. Cette volonté de diriger le citoyen comme à l'époque du curé, pour rendre le citoyen parfait malgré lui, est une tendance dans la gauche idéologique.

    Les médias ont aussi cette tendance, ils sont peu critiques face à cette intrusion dans la vie privé. Ils partagent le côté "éducation" du peuple.
    Les médias sont souvent dans un mélange informatif et éducatif-curé.

    Les frasques de Trump répété dans les média ne font pas de ces médias des médias de gauche. Mais, la critique moralisatrice sur sa volonté de fermer les frontières, oui. Il est soutenu par une grande partie du peuple américain, des racistes ? Réducteur.
    Même chose pour le président philippin, la morale n'est pas une information. Ce n'est pas ce président qui est l'info principale, mais un peuple qui semble excédé et qui soutient les assassinats.

    Le rôle des médias est d'aller au-delà des faits et de la morale pour approcher la réalité, le pourquoi des évènements. Ce côté morale qui prend beaucoup de place dans l'info, met en cause pour certains, la partialité de l'information. Plus précisément, dans le décorticage de l'info, la morale semble prendre plus d'espace que les faits et ses origines.

    Pour ma part, je juge les médias romands honnêtes, mais je souhaite moins de curés de l'information et plus de réflexions , d'explications sur les faits.
    La morale ne doit pas prendre la place de l'info.

    Quant à "les observateur", ils n'informent pas, c'est un média de propagandes où les faits sélectionnés hors contextes ou de réflexions, servent une idéologie.

Les commentaires sont fermés.