CAFE PHILO LABORATOIRE D'IDEES BASE AU CAFE SLATKINE EN EXIL POUR CAUSE CORONAV.

Imprimer Pin it!

PLAIDOYER POUR LA SAUVEGARDE DE LA POESIE DES RUES DE GENEVE

L'APPELLATION DES RUES EST-ELLE UN ESPACE MENTAL QUI DONNE SENS A SON LIEU DE VIE ?

plaidoyer pour la sauvegarde de la poésie des rues de Genève

La  Poésie est le beau des virus

Pour donner pied à notre promenade dans l'espace mental, nous avons évoqué la débaptisation des rues par la volonté d'un citoyen ou la débaptisation voulue par les événements, la rue des Belles Filles qui gênait Monsieur Amiel, et un Conseil d’État de l’Époque qui baste pour lui faire plaisir, la rue des Allemands débaptisée pour devenir Rue de la Confédération  consécutivement à la guerre de 14 18.

A été aussi évoqué la poésie de la transformation de la rue Chausse con ou chausse Cul  pour devenir Chausse Coq  - La Promenade Saint Antoine  primitivement appelé Cul de sac du Vieux Bordel    Des sacrifices à la Morale

Mais effectivement les rues consacrées à la mémoire des femmes ne sont pas légion 3 à des femmes d'écriture Madame de Staêl, Emilie Gourd et Isabelle Eberhadt, les autres peu nombreuse sont consacrées à des femmes œuvrant dans d’autres domaines que littéraire,

Donc on veut débaptiser des rues pour les donner à des femmes, la mémoire d'une cité, c'est l'expression du vivant d'une ville, la mémoire des rues c'est aussi un contrat de cohérence avec l'identité, une identité stable qui résisterait au temps, j'ai vécu dans une rue, où j’ai eu bonheur ou malheur, les rues sont malgré nous et en dépit de notre socle notre identité

Les Rues de GENEVE : chaque appellation est une leçon d'histoire parmi les 907 noms de rues, de places, avenue ou boulevard de Genève, il y a très peu noms de femmes et c'est injuste et insultant, mais c'était aussi l'air du temps, on se doit de corriger, maintenant on veut féminiser un peu plus et c'est normal, mais l'irresponsabilité des initiatrices, de Madame Salerno c'est de faire fi de l'existence de ceux qui y demeurent actuellement post-mortem. Les Frank Martin, Les Galiffe, Les Baulacre, les Piachaud, lew David Dufour  exit  -  ils sont prêts à être tués sans leur consentement. je sais nous sommes dans un café Philo, d'oû le titre L'APPELLATION DES RUES EST-ELLE UN ESPACE MENTAL QUI DONNE SENS A SON LIEU DE VIE ?

Mais un meurtre d'identification reste un meurtre et ne peut plus faire sens à la Cité ? La Cité de genève  regorge de poètes, de poésie... nous sommes une des rares villes au monde où les poètes ont été honorés d'un nom de rue, il faut le savoir, le dire...

La Ville de genève va faire un meurtre rituel en débaptisant ses rues, bien sûr ceratins des poétes sont un peu dépassés, ringards selon notre perception contemporaine et alors, ils ont existé, mais a-t-on le droit d'être régicide en voulant féminiser les rues, ne pas faire de Grisélidis Réal par exemple la régicide involontaire de Jean Violette, aimable poète compagnon de Pauline Carton et ancien président de la société des écrivains genevois, c'est désolant .. elle mérite une rue ... mais pas être responsable malgré elle de ce néfaste rituel

Voilà mon propos et je m'insurge contre la petitesse de la démarche qui se veut rétablissement de la grandeur de l Femme, non pas au détriment de certaines hommes sacrifiés, d'autant pls qu'il y a de nombreuses artères qui n'en finissent pas alors qu'elles sont géographiquement coupées et qu'elles pourraient faire objet et place aux Femmes qui mériteraient aussi d'être honorées

Voilà les remarques que je voulais vous faire partager Et la Poésie, eh oui la Poésie elle st dans les plaques post - mortem où mos poètes reposent pour l'éternité

Si on supprimait la Rue Jean Violette on supprimerait la mémoire de ses écrits mais aussi ses écrits de polémiste  pas tendre pour la tour Baudet( entre parenthèse au lieu de parler de supprimer cette rue on pourrait la raccourcir elle est coupés par une transversale et elle repart .

Si on supprimait la rue René Louis Piachaud    ON SUPPRIMERAIT LA Mémoire de ce garnd et mmense poète et aussi le traducteur des œuvres de Shakespeare...

Doit-il en être ainsi ? non, nous nous devons de sauvegarder la mémoire de la Poésie quelle quelle soir

LA POESIE EST LE PLUS BEAU DES VIRUS   l'appellation d'une rue est un espace mental nécessaire et qui donne sens à son lieu de vie, qui donne sens à une cité.

et pour terminer je dirais je suis pourtant de gauche, mais savoir que ma famille politique oublie le sens du passé me navre et me donne honte et j'ai respect pour ceux qui n’oublient pas la mémoire DE LA RE  PUBLIQUE     

Et que le magnifique poème de Grisélidis Réal ne soit pas comme son titre UN ELOGE FUNEBRE

                                                                                                                    DENIS GARDON

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.